mardi, décembre 16, 2008

Une vie de calcaire

Il n'y a pas longtemps (en fait ça remonte au week-end précédent celui-ci) je fus invité a une crémaillère.
Au début, tout allait bien: je sortait bien alcoolisé de l'anniversaire de ma cousine, et c'est (en décuvant) lentement que je m'apprêtais à me déplacer quelques pâtés de maisons plus loin vers la fête d'un pote. Sur place, comme je suis arrivé avec une heure et demie d'avance mais que je suis AUSSI un gars à la cool, j'aide à meubles et ranger la bouffe.
Tout continuait bien: Les gens débarquaient et j'avais une bière à la main(celle que l'on n'arrive pas à placer quand on se jure de toute les foutre dans le frigo).

En fait, je crois que c'est la que tout à foiré: Une gamine (ben 16 ans quoi) est entrée. Le fait de savoir si elle était mignonne ou pas n'a aucun rapport avec l'histoire (she was!). Ce qui compte, c'est que d'autres, plus ou moins du même âge, ont débarqués.

A ce moment de l'histoire, certains auront déjà décrochés. Aussi, je tiens à te remercier. Toi qui continue de lire ces mot. Bon je continue.

Dans une soirée, il y a toujours:

  1. Des gens qui squattent le son
  2. Des gens qui squattent les canapés
  3. Des gens qui squattent le bar/buffet
  4. Des gens cool
  5. Des gens qu'on rien a foutre là
  6. Des gros lourds
  7. Une personne à qui on tient les cheveux pour pas qu'ils sentent le vomi
  8. (Et mes préférés) Des gens bourrés qu'on imagine plus tard en train de vomir mais qui font chier pour l'instant...
La liste est, bien entendu, non exhaustive, les rôles sont cumulables, et il arrive que certains manquent à l'appel. A la crémaillère, seul le 5 manquait (mais comme des red skin cons à l'air patibulaire s'étaient incrusté à la précédente soirée, le compte y était).

Ce soir-là, je fus témoin d'une fête d'ado organisé par un jeune adulte. Jusqu'à samedi d'avant je pensait qu'à partir d'un certain âge, le fameux écart qui séparait d'un fossé les sixièmes des cinquièmes perdait de son importance. Erreur! C'est à partir de 20 ans qu'on ne fait plus cas de l'âge et que la mentalité commence à se rapprocher plus ou moins de celle des "grands".
Du coup, je me suis senti plus mal à l'aise avec des ado qui n'ont pas encore conscience de leur résistance à l'alcool, que devant des skins qui avaient un regard a faire fantasmer kubrick et qui cherchait un gars à poutrer allègrement...

M'étais-je identifier à certains d'entre eux?


oui

3 commentaires:

kakat a dit…

CEY PAS BIEN L'ALCOOOL

encore kakat a dit…

ouais farpaitement inblaitrable

kikatgnapatate a dit…

ouaip, tu la dis bouffi

j'suis dacodak